Le Magnifique Avventure

de åbäke / Maki Suzuki et Yaïr Barelli, de 2012 à 2022

« åbäke : Yaïr, nous avons discuté, et il semblerait que nous sommes d’accord de partir dans une aventure. Quelle est la définition d’une aventure pour toi ?

Yaïr : C’est un point de départ, une direction ; l’attraction d’être perdu, désorienté. Quand est-ce qu’une aventure devient une souffrance ? Et vice versa, quand est-ce que l’ennui ou la souffrance se transforme en aventure ?

åbäke : Souffrir c’est presque nécessaire. Toutes les bonnes histoires ont besoin d’obstacles. L’ennui, c’est plus difficile. Nous pouvons peut-être distinguer deux aventures : celle qu’on vit parmi nous dans le groupe et celle qu’on va communiquer ; c’est comme la différence entre traverser l’Atlantique sur une barque et écrire un livre là-dessus pour le partager avec d’autres.

Yaïr : Nous n’avons pas encore fait ce type de travail. Nous sommes dans le noir mais on avance.

Cette semaine est un voyage ensemble. Elle va commencer et se terminer au même endroit, elle peut être longue ou courte. Il faut qu’on la vive en groupe, dans une expérimentation collective et individuelle à la fois. Ce qu’on ne va pas faire : être enfermé, être dans une routine, être tout seuls.

Les conditions pour y participer sont : être entièrement disponible pendant au moins 72h sans rentrer chez vous. Amener des vêtements, passeport, sac de couchage et assez d’argent pour manger. Vous pouvez amener n’importe quel objet si vous pouvez le porter vous-même. »

Dialogue adressé chaque année aux participants.

Participants :

2012
Emmanuel Alexiou, Angélie Bais, Yaïr Barelli, Patrick Donaldson, Elodie Gallay, Elizabeth Gayard, Adrien Giacchino, Ingrid labombe-rousseau, Manon Grivet, Céline Jobard, Maïlys Leung, Amandine Mane, Lucille Mossiman

2013
åbäke, François Andrea, Yaïr Barelli, Adrien Giacchino, Anne-Catherine Hittinger, Mark Lembo, Manon Portera, Amélie Ramseyer & Fabio Stephanoni

2014
åbäke, Amélie Ramseyer, Amandine Mane, Manon Portera, Lucille Mossiman, Yaïr Barelli, Natasha Ellul

À la fin de l'édition de 2012, Na Kim, éditrice du magazine Umool Umool, nous a donné la possibilité de publier un projet de collaborations. L'une des versions du week-end que nous avions passé à Genève est devenue un insert qui parasite le dixième numéro de son magazine. Les pages sont accessibles ici.


A ten year workshop (a week per winter, 2012–22) by åbäke and Yair Barelli.

"åbäke: Yaïr, we have discussed this workshop and it seemed we agreed to go on a little adventure. What is your definition of an adventure?

Yaïr: It’s a starting point, a direction; the attraction of being lost, disoriented. When does an adventure become a suffering… or a bore? And vice versa, when does boredom or suffering transform itself into an adventure?

åbäke: Suffering is almost necessary. All good stories need obstacles. Boredom is more difficult. We can perhaps divide two adventures in this workshop: the adventure we will live between us and the adventure we will communicate; the difference between crossing the atlantic ocean on a raft and writing a book to tell people about it.

Yaïr: You and I have never proposed this kind of workshop. We are in the dark but we move forward.

This week is a trip together which will start and finish at the HEAD college. It could be long or short. It needs to be lived as a group but the field of experimentation is either collective or individual. What we will not do: being in a closed environment, continuing a routine, staying alone.

We request the participants of this workshop to be entirely available for the week, Monday we meet during working hours and from Tuesday morning to Friday evening we will spend time together including evenings and nights. Please bring seasonal clothing for at least four days, comfortable shoes, your passport, a sleeping bag and money for food for a week. Any object is allowed as long as you carry it yourself."


46_le-magnifique-avventure.png
 le magnifique avventure 2012